Achetez de la Vitamine C en poudre
Questions-Réponses
Poser une question
Quelle quantité de vitamine c doit on prendre par jour, lorsqu'elle se présente sous la forme proposée (poudre) ?

Nous ne sommes pas habilités à apporter de conseils sur la posologie car nous ne sommes pas médecins. Le faire constitue un délit pénal réprimé par les articles L4161-1 à L4161-6 du code la santé publique. Nous sollicitons votre compréhension.


En revanche,nous pouvons vous orienter vers des ouvrages écrits par des médecins qui apportent des éclairages pertinents sur la question de la posologie:


Titre: "Vitamine C pour tous et pour la vie"

Auteur: Docteur Dominique Rueff

Editions:Jouvence


Titre:  "La Vitamine C et ses alliés indispensables à la santé"

Auteur: Docteur Pierre Corson

Editions:Trédaniel


Ces ouvrages sont disponibles sur notre site.

 
La vitamine C synthétique diffère-t-elle de la vitamine C naturelle ?

"L'acide ascorbique synthétique ne diffère en rien de l'acide ascorbique contenu dans les aliments naturels. Il est habituellement obtenu à partir d'un sucre naturel par un procédé qui se compose de deux réactions chimiques. Les produits de base que l'on utilise couramment sont le dextrose ou glucose, le sucre de raisin, de maïs, de miel ou d'amidon. Sa formule chimique est : C6H12O6. Il se transforme en acide L-ascorbique : C6H8O6, par oxydation en éliminant quatre atomes d'hydrogène qui se transforment en deux molécules d'eau."

Réponse extraite du livre de Linus Pauling (deux fois Prix Nobel) dont le titre est "Vitamin C and the common cold" (1970 édition W.H. Freeman and Company - San Francisco - Etats-Unis).

 
Que signifie le "L" devant ascorbique ?

Le "L" comme le "D" sont issus d'une terminologie scientifique (relative au groupe OH) désignant  le positionnement du carbone dans une configuration moléculaire (en l'occurrence celle du glucose et ses dérivés comme le glucoside = Vitamine C). Le "L" et le "D" ne signifient donc pas "lévogyre" ou "dextrogyre" comme nous avons été beaucoup à le croire (médecins et autres professionnels de santé compris).

 
La Vitamine C est-elle dextrogyre ou lévogyre ?

Depuis quelques temps des informations contradictoires circulent sur ce sujet.

Alors, l'acide L ascorbique est-il dextrogyre ou lévogyre ?

Pour information, ces termes "dextrogyre" et "lévogyre" désignent simplement des configurations géométriques (agencement moléculaire déviant la lumière vers la gauche ou vers la droite).

Le "L" de acide L Ascorbique ne signifie donc pas "Lévogyre" comme nous avons été beaucoup à le croire (médecins et autres professionnels de santé). Le "L" comme le "D" sont issus d'une terminologie scientifique relative au groupe OH désignant le positionnement du carbone dans une configuration moléculaire (en l'occurrence celle du glucose et ses dérivés). Le "L" et le "D" ne veulent donc pas dire "lévogyre" ou "dextrogyre".

Dans le cas des sites internet qui vendent de la vitamine C présentée "Lévogyre", elle est en réalité dextrogyre comme celle que l’on trouve dans les fruits et légumes. Il s'agit d'un simple abus de langage, rien de plus.

L'acide L (+) Ascorbique Dextrogyre (CAS 50-81-7) est le seul autorisé à porter le nom de "Vitamine C". Pourquoi ? Parce que son effet vitaminique est actif (100%).

En revanche, l'acide D-ascorbique lévogyre (appelé isoascorbique) n'a pas d'effet vitaminique suffisant et ne peut donc pas porter le nom de "Vitamine C". Il est cependant utilisé dans l'industrie alimentaire pour ses effets antioxydants.

Cet abus de langage a persisté parce qu'il est présent dans des ouvrages sérieux comme celui du docteur Dominique Rueff (Vitamine C pour tous et pour la vie), ou la conférence du naturopathe Michel Dumestre (confusion qui n'enlève rien à son professionnalisme, ses compétences, et son talent d'orateur).

La Vitamine C est donc DEXTROGYRE (effet vitaminique actif).

C'est celle que nous commercialisons : 100% active,d'origine végétale (maïs non ogm, non ionisé,non irradié), sans aucun ajout. Elle est contrôlée par notre fournisseur pharmaceutique (français) qui l'importe d'Asie. Nous la consommons tous les jours, et nous approvisionnons des établissements de santé (cliniques, Epad...), des médecins, des naturopathes, des boutiques spécialisées, des parapharmacies...

 
Comment l'industrie fabrique la Vitamine C ?

La synthèse de la vitamine C a été mise au point par Reichstein en 1933. Deux ans après, Roche la produisait industriellement.

La vitamine C synthétique est identique à la vitamine C naturelle (acide L-ascorbique).

Le point de 
départ, c’est du maïs ou du blé, dont l’amidon est transformé en glucose. Le glucose donne naissance à un autre sucre, le sorbitol. Le sorbitol est fermenté en sorbose. A partir de là, deux procédés sont couramment utilisés. Dans le premier, le sorbose est transformé en acidedi-acétone-cétogulonique (DAKS), lequel est dissous dans des solvants organiques et sa structure réarrangée pour former la vitamine C en utilisant un acide comme catalyseur. La vitamine C 
est purifiée ensuite par recristallisation.


Un procédé plus récent a été développé en Chine, plus économique et faisant appel à moins de solvants. Dans ce procédé, une deuxième étape de fermentation remplace l’étape de réaction chimique qui conduit au DAKS, pour aboutir à un autre intermédiaire appelé acide2-céto-L-gulonique ou KGA. La suite est similaire au premier procédé.

Des chercheurs en Ecosse et en Inde ont de leur côté développé une technique de production de la vitamine C qui fait appel à une étape de fermentation du glucose par des souches bactériennes particulières.»


Source : www.lanutrition.fr (article février 2009)

 
La vitamine C synthétique est aussi bien assimilée que celle des aliments ?

Vaut-il mieux manger un kiwi ou prendre un comprimé de vitamine C ?

D’après une étude néo-zélandaise parue dans Nutrients, la vitamine C est aussi bien assimilée par l’organisme sous ces deux formes.

La vitamine C, ou acide ascorbique, est une molécule antioxydante présente dans les fruits et les légumes. Les kiwis, le cassis ou le persil, de même que les agrumes (orange, citron, pamplemousse) sont riches en vitamine C.


Pour savoir si l’organisme assimile aussi bien la vitamine C de synthèse que celle des aliments, les chercheurs ont recruté 36 jeunes hommes non-fumeurs. Ceux-ci ont reçu la même quantité journalière de vitamine C pendant 6 semaines (50 mg), soit en mangeant chaque jour la moitié d’un kiwi, soit en prenant un comprimé de vitamine C. Puis les chercheurs ont relevé les niveaux de vitamine C des participants pour évaluer la biodisponibilité de la vitamine.

La biodisponibilité représente la portion absorbée par les intestins et disponible pour les processus métaboliques. La vitamine C synthétique et la vitamine naturelle ont la même formule chimique, elles doivent donc être assimilées de la même façon par l'organisme. Cependant, dans les fruits et légumes, d'autres molécules présentes pourraient influencer la biodisponibilité de la vitamine (a priori de manière positive). C'est d'ailleurs l'argument marketing préféré  des vendeurs de "vitamine C naturelle".

Résultats : les taux d’acide ascorbique dans le sang ont augmenté pendant les 6 semaines d’intervention, pour passer d’environ 23 µmol/L à 50 µmol/L. Il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes. Ces niveaux ont aussi augmenté dans l’urine, des cellules immunitaires (cellules mononucléées, neutrophiles) et musculaires. Les molécules présentes dans le kiwi ne semblent donc ni inhiber, ni augmenter la biodisponibilité de la vitamine C.

Par conséquent, il n’y a pas de différence de biodisponibilité entre la vitamine C synthétique et celle du kiwi.


Source : Carr AC, Bozonet SM, Pullar JM, Simcock JW, Vissers MC. A Randomized Steady-State Bioavailability Study of Synthetic versus Natural (Kiwifruit-Derived) Vitamin C. Nutrients. 2013 Sep 17;5(9):3684-95. doi: 10.3390/nu5093684.